Couleur Garance : ma récolte de couleurs au jardin tinctorial

Couleur Garance : ma récolte de couleurs au jardin tinctorial
2 septembre 2017 Lucile | ateliers & designs

Perché en haut d’une falaise, le village de Lauris héberge quelques merveilles du monde végétal qu’une teinturière en herbe ne saurait esquiver.

La terrasse du jardin blanc du château de Lauris

La terrasse du jardin blanc du château de Lauris.

Depuis que j’ai commencé ma série de reportages sur la transformation de la fibre, la teinture est une de mes préoccupations. Teinture à l’acide ou teinture végétale, les procédés sont variés. Je prends le temps de saisir ce milieu avant de trouver le meilleur moyen d’en parler.

Malgré tout, je dois quand même commencer à vous en parler. En effet, l’occasion était trop belle pour la manquer : nous sommes descendus dans le sud de la France avec mon compagnon début août et nous avons pu nous rendre au jardin conservatoire de plantes tinctoriales de l’association Couleur Garance (un grand merci à ma sœur pour le prêt de sa voiture !).

L'entrée de Couleur Garance

Impossible pour moi de passer si près de ce lieu sans le visiter. On croirait son existence magique lorsqu’on le découvre. C’est un jardin des plantes, oui… mais spécial teinture !

Jardin de Lauris

En descendant au jardin de Couleur Garance.

L’idée en revient à Michel Garcia, spécialiste de renom dans le monde de la couleur végétale dont le travail est vaste et précieux. En 1998, il monte l’association Couleur Garance dans le Luberon où l’histoire de cette région est colorée par les ocres de ses terres, le vermillon de ses cochenilles, le rouge de sa garance… Outre une volonté de transmettre et promouvoir la couleur végétale, l’association se voit confier la gestion d’une partie des terrasses du château de Lauris en 2002 où plus de 250 espèces végétales s’y épanouissent désormais pour satisfaire le plaisir et la curiosité des visiteurs.

Ce jardin est une très belle idée car il rend hommage aux origines vivantes de la couleur, permet de saisir le haut potentiel tinctorial des plantes et offre un moment agréable dans un lieu intimiste et paisible.

Le jardin de Couleur Garance

Le jardin est organisé en 3 parties principales : La science des couleurs végétales, Les nouveaux axes de recherches et Les teintures du monde. Chacune de ses parties est divisée en carrés comprenant quelques plantes regroupées selon un thème précis. La pédagogie est une des raisons d’être de ce jardin, au cas où vous en doutiez !

Plan et ticket

Pour ma part, je vous propose un résumé de notre visite par l’angle de la couleur, celle qu’on obtient des plantes. Il est à noter que ce ne sont pas les fleurs et les plantes les plus colorées qui sont les plus colorantes ! Vous allez voir cela notamment avec la partie fuchsia.

Je veillerai à garder à l’esprit une utilisation textile bien que le jardin présente la couleur sous un tas d’autres aspects : cosmétique, alimentaire, médical ou encore strictement botanique notamment en nous apprenant que les colorants sont présents dans la plante pour garantir sa survie et/ou sa protection et non pour nous aider à teindre nos fibres.

Toutes les photos que vous verrez dans cet article sont celles que j’ai prises l’après-midi passée au jardin !

Début de la visite

L’insaisissable bleu

Couleur à la symbolique forte, le bleu se rapporte au divin (manteau de la Vierge Marie), à la royauté, à l’intelligence, la paix, la contemplation, l’eau, le ciel, l’infinité. Le bleu est très présent dans notre quotidien mais c’est une couleur très particulière qui, d’une certaine façon, n’existe pas en l’état dans la nature. Le ciel est bleu par un effet de diffusion de la lumière dans l’atmosphère, les plumes bleues des oiseaux ne contiennent pas de pigment bleu mais sont aussi un effet de lumière sur la kératine… Il existe quand même du bleu sous diverses formes (comme dans les baies) mais leur solidité (lavage et lumière) n’est pas formidable.

Les plantes utilisées pour la teinture textile sont le Pastel, la Persicaire, et l’Indigotier. Elles contiennent les colorants indican et isatan tous deux nécessaires pour obtenir l’indigo. Ces deux substances passent par un procédé de macération puis d’oxygénation avant de pouvoir colorer la fibre en bleu. C’est toute une histoire de monter une cuve à indigo, je rentrerai dans le détail à une autre occasion.

Le Pastel des teinturiers ou Guède est une plante qui a beaucoup été cultivée en France notamment dans la région de Toulouse. On la trouve pour autant un peu partout sur le territoire mais, pour en obtenir un bleu optimal, la plante doit connaitre une exposition de 14 jours ensoleillés consécutifs. Le sud de la France est donc plus indiqué pour sa culture.

Pastel

La plante, voisine de la famille des choux, donne des fleurs jaunes mais ce sont les feuilles qui sont utilisées pour la teinture.

Pastel

Aujourd’hui, la plante n’est pas beaucoup utilisée pour obtenir du bleu car elle est moins concentrée en indigotine que l’Indigotier venu d’Asie.  La société Bleu de Lectoure dans le Gers a cependant remis en valeur cette plante qui a fait la prospérité du « pays de cocagne » (qui s’étend de Toulouse à Carcassonne). Le terme cocagne désigne les petits pains de Pastel commercialisés sous forme de coques.

Pastel en pot

Le Persicaire à Indigo ou renouée des teinturiers se retrouve en Chine et au Japon.

Persicaire

Persicaire

La teinture à l’indigo est traditionnellement utilisée pour la technique du Shibori. Il s’agit d’une teinture à réserve où l’on procède par pliage et ligature du tissu. La garance ou la betterave peuvent être utilisées mais cela est plus rare.

Shibori entre soeurs

Shiboris réalisés avec mes soeurs dans une cuve à Indigo montée à l’appartement.

 

Persicaire abîmé

Feuilles de persicaire abîmées : on croirait voir du bleu dans la feuille !

L’Indigotier des teinturiers est un légumineux qui pousse dans les régions tropicales de l’hémisphère nord.

Indigotier

L’Indigotier est venu faire de l’ombre au Pastel à partir du XVIIe siècle alors que le bleu de France s’était vu protégé par Henri IV. Il avait interdit l’utilisation de l’indigo afin de maintenir à flot le commerce important du Pastel.

Fleurs indigotier

C’est Louis XV qui abolit le protectionnisme et l’Indigo prit l’avantage. Un dernier regain eu lieu pour le Pastel avec le Blocus continental de Napoléon. Puis l’Indigotier reprit le dessus avec le libre-échange jusqu’à subir lui-même un déclin à l’arrivée des colorants de synthèse.Feuilles indigotier

Si ces 3 plantes sont des références dans la production de bleus naturels, le jardin présente d’autres pistes pour obtenir cette teinte. Malgré tout, le savoir-faire actuel concernant ces « autres » bleus apporte des résultats fragiles niveau solidité. Voici quelques spécimens :

Bleuet

Les fleurs du Bleuet des moissons contiennent le colorant anthocyane souvent présent dans les baies et donnant du bleu. Il est fragile à la lumière.

 

Sureau noir

L’encre des baies du Sureau noir est bleue.

 

Pois d'amour

La floraison est passée pour le Pois d’amour ou Pois bleu mais leur fleurs, ici noircies, sont bleues.

 

Commeline

Les fleurs de la Commeline commune possèdent aussi ce colorant. Elles sont très petites !

 

Clérodendron

Les fruits du Clérodendron sont gorgés du colorant trichotomine donnant un bleu vif mais qui, comme l’anthocyane, reste fragile à la lumière.

 

La Succise Mort du Diable

La Succise Mort du Diable offre des fleurs contenant du bleu mais l’origine de son pigment reste pour le moment inconnue.

 

La Scabieuse du Caucase

Les fleurs de la Scabieuse du Caucase révèlera les secrets de son bleu prochainement (“en cours de détermination”).

 

Le jaune au cœur de bien des plantes

Couleur joyeuse, rayonnante, elle est associée au soleil et à l’or. Elle a cependant connu des heures plus sombres : associée à Judas, elle symbolisait alors le mensonge et la trahison. En Asie, la couleur évoque le sacré (Chine) ou l’humilité chez les bouddhistes.

Le monde végétal regorge de colorants jaunes : les flavonoïdes. Ils permettent d’obtenir des jaunes solides tant face à la lumière qu’au lavage.

Gazes de laine

Lise Camoin fait sécher deux gazes de laine teintes par ses élèves, l’une grâce à l’indigo, l’autre grâce au Réséda qui offre ici un jaune légèrement citronné.

 

La gaude ou le réséda des teinturiers était une plante longtemps cultivée pour la teinture en Europe. Son jaune était très apprécié. Aujourd’hui, elle se fait plus rare. On la retrouve à l’état sauvage notamment dans le sud de la France car elle apprécie les sols secs. Mieux vaut se renseigner sur son statut avant d’en cueillir dans la nature.

Réséda

Cette plante bisannuelle peut être utilisée pour la teinture la deuxième année de sa plantation. Selon l’additif ajouté, on peut aussi obtenir un vert olive avec du cuivre ou un vert bronze avec du fer. En général, on ne prend que les tiges fructifères, c’est-à-dire le haut de la plante.

Réséda

Voici un aperçu des nombreuses plantes qui “font” du jaune :

La Tanaisie commune

La Tanaisie commune offre des fleurs donnant des jaunes vifs à bruns si on laisse cuire trop longtemps.

 

La Camomille des teinturiers

La Camomille des teinturiers répond d’une bonne solidité à la lumière et au lavage.

 

Le Genêt des teinturiers

Le Genêt des teinturiers permet d’obtenir 2 couleurs, jaune avec les fleurs et ocre avec les rameaux fleuris.

 

Les Œillets d'Inde

Les Œillets d’Inde donnent du jaune-orangé. A noter que les couleurs sont pour les plantes un bon moyen d’attirer les insectes à elles afin d’assurer leur pollinisation et donc leur survie.

 

Les Coriopes des teinturiers

Les fleurs des Coriopes des teinturiers donnent du orange.

 

Le Solidage du Canada

La sommité fleurie du Solidage du Canada offre un jaune vif.

 

L'Immortelle d'Italie

Toutes les parties de l’Immortelle d’Italie donnent du jaune mais cette plante est peu utilisée en teinture.

 

Le Cornouiller mâle

De même pour les feuilles du Cornouiller mâle.

 

Le Ricin de Zanzibar

Les feuilles du Ricin de Zanzibar aux nervures rouges donnent en fait une huile colorée jaune du fait des flavonoïdes qu’elles contiennent. Cette plante ne sert pas à la teinture.

 

Le Cosmos

Les teintes obtenues avec le Cosmos vont du jaune au jaune-orangé.

 

Le rouge, couleur prisée depuis la nuit des temps

Il s’agit d’une teinte d’importance car elle est la première que l’homme a travaillée en teinture comme en peinture. Couleur forte, elle symbolise la colère, la guerre ou la force. Le sang est rouge et représente la vie ou la mort. En opposition au vert, le rouge évoque le danger ou l’interdit. Seul, il est signe de pouvoir, de richesse. Avec le rouge, tout est possible. Il attire tellement le regard qu’il peut faire passer tous les messages.

Le colorant rouge, l’anthraquinone, est utilisé depuis très longtemps en France grâce à la Garance notamment cultivée en Provence. Puis des bois rouges originaires d’Amérique ou d’Asie sont venus la concurrencer. Un autre atout pour la France se tient dans le village de Lauris, connu pour ses récoltes de la Cochenille kermès vermilio, petit insecte parasite du chêne Kermès à qui il donne son nom. La récolte à la main était un travail pénible. Après broyage, l’insecte donne le rouge écarlate dit vermillon. Lorsque la récolte s’est arrêté, la cochenille a disparu. La Cochenille du cactus Nopal (dactylopius coccus) a été découverte et a pris le dessus. Néanmoins, elle ne donne pas les mêmes colorants. Celle-ci donne un rose-rouge (rouge carmin) qui est un colorant alimentaire aujourd’hui utilisé dans la charcuterie. On le retrouve sous l’appellation de colorant E-120. N’en ayant pas vu au jardin, je m’attarderai plutôt sur le rouge issu des plantes !

La Garance des teinturiers à ne pas confondre avec la garance voyageuse, est la plante du rouge par excellence. Elle est particulièrement appréciée car elle est la seule plante à donner un rouge vraiment pur et qui soit en plus solide à la lumière et au lavage. On utilise ses racines (qui sont plus grosses que celles de son homologue la garance voyageuse) que l’on fait sécher et que l’on broie ensuite.

Garance des teinturiers

Si le rouge est relativement facile à extraire et de qualité, la culture de la plante nécessite un roulement bien orchestré. Comme c’est la racine qui est utilisée, on doit arracher toute la plante pour pouvoir en sortir son pouvoir colorant. De plus, on ne peut récupérer les racines de la plante qu’après 3 années en sol. Il faut donc être prévoyant et replanter régulièrement en repiquant des morceaux de racines ou en utilisant les graines pour les semis.

Une racine séchée de Garance

Une racine séchée de Garance avant le broyage.

Après un travail de longue haleine pour cultiver la plante sur le territoire français, la Garance a fortement contribué au développement économique du département du Vaucluse qui fournit 65% de la production mondiale au XIXe siècle.  En 1829, pour stimuler la production de la garance, le roi de France Charles X impose à l’armée française le pantalon et le képi garance, que garderont les soldats de la Première Guerre Mondiale ; la garance a des propriétés antibactériennes, protégeant nos poilus de la gangrène. Le succès de la Garance s’effondre vite lors de la seconde moitié du XIXe siècle : l’épuisement des terres, conjuguée à la concurrence de l’alizarine synthétique vont faire que la production périclite rapidement et en 1880, plus aucune garancière ne subsiste. De plus, les uniformes des soldats considérés comme trop voyants en rouge deviennent alors bleus en 1915. Cela enterre définitivement la culture de la Garance dans le pays.

Autres plantes donnant du rouge :

Arbre à Boutons

L’écorce de l’Arbre à Boutons contient de l’anthraquinone. Cet arbre est présent en Amérique du Nord, au Mexique et en Inde.

 

Le Sorgho ou Mil des teinturiers

Le Sorgho ou Mil des teinturiers fait du rouge assez foncé via sa tige.

 

Aspérule des teinturiers

D’apparence proche de la Garance, l’Aspérule des teinturiers offre elle aussi des racines qui teignent en rouge.

 

L'Oiseau de Paradis

L’Oiseau de Paradis est originaire de l’Amérique du Sud, son bois peut être exploité.

 

Le Coprosma “Beaston's gold”

Le Coprosma “Beaston’s gold” est une plante de Nouvelle-Zélande dont on utilise les racines et l’écorce.

 

Erythrine crête de coq

Cette fleur étonnante provient de l’arbre Erythrine crête de coq (ou Arbre Corail). Elle contient le colorant rouge alcaloïde mais n’est pas utilisée pour la teinture. Je la trouve surtout très jolie…

 

Erythrine Herbacée

…tout comme sa sœur l’Erythrine Herbacée.

 

Petit aparté sur le fuchsia

Il est au jardin un carré qui flamboie de couleurs fuchsia. Il regroupe les plantes qui possèdent des pigments de la famille des bétalaïnes. Ils sont peu utilisés en teinture textile car ils sont très fragiles. On les réserve plutôt pour la fabrication de colorants alimentaires (groupe E-162). Les teintes obtenues peuvent être jaunes ou roses. Je vous laisse admirer la saturation des couleurs sur les végétaux eux-mêmes !

Amaranthe

L'Amaranthe “queue de renard”

L’Amaranthe “queue de renard” qui provient d’Amérique du Sud.

 

Le Figuier de Barbarie

Le Figuier de Barbarie dont on utilise les fleurs.

 

Le Phytolaque d'Amérique du Nord

Le Phytolaque d’Amérique du Nord dont on utilise les baies.

 

La Blette à carde rouge

La Blette à carde rouge est présente en divers endroits : Europe, Turquie, Canaries, Afrique du Nord.

 

L'Arroche rouge

L’Arroche rouge provenant de l’Asie centrale.

 

Les noirs et les marrons des tanins

Couleur de la nuit, de l’obscurité, le noir arrête le temps. Le chat noir, lui, porte malheur mais dans l’Égypte ancienne c’est la couleur de la renaissance et de la fertilité (une terre bien noire laisse supposer une terre fertile). Chez nous, la mort et le néant sont plus proches de ce que nous évoque cette sombre teinte. Elle habille le deuil et finalement aspire à la sobriété et à l’élégance.

Le noir est l’absence de lumière, l’absence de couleur. Mais en peinture, le noir est un parfait mélange des 3 couleurs primaires : le bleu, le rouge et le jaune. C’est ainsi que les teinturiers ont d’abord procédé pour espérer obscurcir les fibres :

« Savantes teintures sur laine de bleu foncé avec mordant d’alun, de garance soutenue et de gaude » (extrait du panneau explicatif “noir” au jardin).

Avec l’utilisation de la noix de galle, on s’approche plutôt des gris et marrons. Il s’agit d’une excroissance provoquée par une piqûre d’insecte sur les chênes.

C’est le bois de Campêche qui fournira d’abord un noir véritable, uniforme et profond.

Bois de Campêche

Les noirs et marrons sont obtenus à partir d’une substance végétale bien connue : les tanins. Ils ont pour vocation de protéger la plante des attaques microbiennes. On les utilise aussi dans la préparation des cuirs : le tannage. Les molécules des tanins protègent donc aussi les cuirs car elles transforment les protéines de la peau en produit insoluble résistant à la décomposition organique.

On les connait enfin par leur consommation via le thé vert ou le vin, les tanins étant présents dans le raisin mais aussi dans les fûts de chêne pendant l’élevage du vin.

On retrouve les tanins dans tout le règne végétal mais ce sont en particulier les arbres qui en abritent les plus grosses quantités. Le bois, les écorces, les racines, les feuilles et les fruits sont susceptibles d’en contenir.

Bois de campêche

Selon le procédé utilisé et la plante choisie, les résultats donneront plutôt des marrons (chauds ou froids) ou des gris.

Le Henné avec la présence d’autres colorants dans les feuilles tirera le marron vers le jaune, le orange.

Henné

Le bois de campêche reste une référence pour obtenir un beau noir mais c’est aussi le cas du Nénuphar blanc. Son rizhome, sorte de racines, a été utilisé en Allemagne afin d’obtenir un noir résistant.

Nénuphar

Autres plantes à tanin :

L'Iris fétide

L’Iris fétide est peu utilisé. On retrouve les tanins dans le rhizome.

 

Le Fustet ou Arbre à Perruques

Le Fustet ou Arbre à Perruques recèle de diverses couleurs : le bois permet des marrons orangés et les feuilles colorent du jaune au noir selon les recettes.

 

Le Noyer commun

Le Noyer commun offre des couleurs fauves à brunes, on utilise le brous de noix pour la teinture.

 

Le Pistachier Vrai

Le Pistachier Vrai dont on utilise les galles comme pour les chênes peut donner du jaune, du vert et du noir.

 

Reine-des-près

Les racines de la Reine-des-près sont riches en tanins.

 

Grenadier

Les fruits et les feuilles du Grenadier contiennent eux aussi des tanins mais ne sont pas tant utilisés dans la teinture textile.

 

Le Pistachier Térébinthe

Le Pistachier Térébinthe est une source de noir mais comme tous les autres pistachiers, il est aussi une plante intéressante pour le mordançage du coton.

 

En quittant le jardin…

Il est maintenant l’heure d’annoncer la fin de la visite. J’espère que cet aperçu des plantes et connaissances que nous offre Couleur Garance à travers ses terrasses vous aura plu et même donné envie de vous y rendre ! Je finis avec la preuve que les plantes ont bien le pouvoir magique de colorer la fibre : nous avons pu jeter un œil au résultat d’une semaine de stage teinture où 2 élèves ont eu la chance de constituer un superbe nuancier.

Nuancier couleurs végétales

Lise Camoin, artiste et teinturière qui officie pour l’association dans le cadre des stages, nous a permis de nous approcher de l’atelier. Sorte de chapelle de la couleur végétale dans mon esprit.

Atelier Couleur Garance

Atelier Couleur Garance

Atelier Couleur Garance

Atelier Couleur Garance

Atelier Couleur Garance

Je la remercie vivement d’avoir pris quelques instants pour nous parler de son travail et d’avoir partagé avec nous ses connaissances tant sur les plantes que sur la teinture. Notre échange m’a permis notamment de préciser certains propos dans cet article ! Merci aussi à Couleur Garance et notamment Mathilde Christol dont l’accueil et les contacts furent très agréables et aussi enrichissants.

Sur ce, je m’en vais profiter des trésors achetés en boutique…

Boutique Couleur Garance

ateliersdufil.com Lucile à Lauris

 

 

Liens utiles et ressources

sites web

livres

  • Guide des teintures naturelles, plantes à fleurs, Marie Marquet, Belin, 2011
  • De la garance au pastel, le jardin des teinturiers, Michel Garcia, Marie-Françoise Delarozière, Edisud Nature, 1996
  • Le Langage des symboles, David Fontana, Gründ, 2004

Comments (0)

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.